Extraits des pensées de Gandhi

Please reload

  • Si je me suis entièrement consacré au service de la communauté, c'est afin de répondre aux exigences de ma vie intérieure. J’avais fait de ma volonté de servir, ma propre religion.

  • Tout ce qu’il m’a été donné de pouvoir faire dans ma vie est dû principalement au fait qu’à travers mes limites, j’ai découvert l’action d’une force autre que la mienne.

  • Tous les hommes sont frères et aucun être humain ne devrait nous être étranger. Le bien de tous devrait être notre but. Dieu est le lien commun qui unit tous les êtres humains. Briser ce lien, même s’il s’agit de notre plus grand ennemi, c'est écarteler Dieu.

  • On croit en général que pour obéir à la loi de la Vérité, il suffit de dire la vérité. Nous devons donner au mot vérité une signification beaucoup plus étendue. La Vérité doit se manifester dans nos pensées, dans nos paroles et dans nos actions.

  • Diminuer en quantité et en qualité son régime alimentaire est aussi nécessaire que de contrôler ses pensées et tenir sa langue, si on veut vivre dans cette crainte de Dieu qui nous conduira un jour à Le voir face à face.

  • Le jeûne ne peut aider à dominer le côté animal de notre nature que si on le pratique avec l’intention de se dominer soi-même.

  • La purification de soi-même, bien qu’elle puisse sembler n’offrir aucune réalité palpable, est le moyen le plus puissant pour réformer son entourage et venir à bout des entraves les plus lourdes. Ce processus de purification opère d’une manière subtile et invisible.

  • Vivre libre, c'est être prêt à mourir, s’il le faut, de la main de son prochain, mais jamais à le tuer. Quelle qu’en soit la raison, tout meurtre ou atteinte à la personne est un crime contre l’humanité.

  • La non-violence commence à partir de l’instant où l’on aime ceux qui nous haïssent. Je n’ignore rien des difficultés de ce grand commandement d’amour. Mais n’en est-il pas ainsi de toutes les choses grandes et bonnes ?

  • La non-violence ne consiste pas à « s’abstenir » de tout combat réel face à la « méchanceté ». Au contraire, je vois dans la non-violence une forme de lutte plus énergique et plus authentique que la simple loi du talion qui aboutit à multiplier par deux la méchanceté.

  • La désobéissance, pour être civile, doit être sincère, respectueuse, mesurée et exempte de toute méfiance. Elle doit s’appuyer sur des principes bien établis, ne jamais être soumise au caprice et surtout ne jamais être dictée par la rancune ou par la haine.

  • La civilisation, au vrai sens du terme, ne consiste pas à multiplier les besoins, mais à les limiter volontairement. C'est le seul moyen pour connaître le vrai bonheur et nous rendre plus disponibles aux autres.

  • Le criminel enfreint les lois subrepticement et tâche de se soustraire au châtiment. Tout autrement agit celui résiste civilement. Il se montre toujours respectueux des lois de l’Etat auquel il appartient, non par crainte des sanctions mais parce qu’il considère ces lois comme nécessaires au bien de la société. Seulement, en certaines circonstances assez rares, la loi est si injuste qu’obéir semblerait un déshonneur. Alors, ouvertement et civilement, il viole la loi et subit avec calme la peine encourue pour cette infraction.

  • La résistance passive est une méthode qui consiste à protéger ses droits par l’acceptation de la souffrance. C'est le contraire de la résistance par les armes. Lorsque je refuse de faire quelque chose parce que cela répugne à ma conscience, je fais usage de la force de l’âme.

  • Tandis qu’autour de moi tout change et tout meurt, je perçois vaguement, sous ces apparences changeantes, une Force de vie qui demeure immuable et soutient tous les êtres.

  • Pour moi, Dieu est Vérité et Amour. Il est le Bien, source de la morale. En lui, nulle crainte n'est possible. De Lui viennent la Lumière et la Vie et pourtant Il est au-dessus et au-delà. Dieu est conscience morale. Il est même l’athéisme de l’athée… Il transcende la parole et la raison… C'est un Dieu personnel pour ceux qui désirent sa présence personnelle. Il est incarné pour ceux qui cherchent sa présence tangible. Il est l’essence la plus pure. Pour ceux qui ont la foi, simplement Il est. Il est tout ce qui est. Il est en nous et bien au-delà…

  • Dieu n'est ni au ciel ni aux enfers, mais en chacun de nous. C'est donc en me consacrant au service de l’humanité que je pourrai, un jour, voir Dieu. Les religions représentent des routes différentes qui convergent au même point. Peu importe si nos chemins ne sont pas les mêmes pourvu que nous atteignions le même but. A vrai dire, il y a autant de religions que d’individus.

  • En tant qu’animal l’homme est violent, mais en tant qu’Esprit, il est non-violent. Dès qu’il s’éveille aux exigences de l’Esprit qui demeure en lui, il lui est impossible de demeurer violent.

  • La règle d’or de notre conduite est la tolérance mutuelle, puisque nous ne penserons jamais tous la même chose et que nous verrons la Vérité par fragments et sous différents angles. La conscience n'est pas la même pour tous.

  • Je suis persuadé que Dieu est parfaitement Un. L’humanité par conséquent, forme un seul tout. Bien qu’ayant un seul corps, elle n’a qu’une seule âme. La réfraction fait que les rayons du soleil sont nombreux, mais leur source est unique. Je ne peux donc me désolidariser de l’âme la plus pervertie, et nul ne peut me refuser mon identité profonde avec la plus vertueuse.

  • Pour voir un jour face à face l’Esprit de Vérité qui pénètre l’univers tout entier, il faut arriver à aimer comme soi-même ce qu’il y a de plus insignifiant dans la création, et pour cela, il ne faut se soustraire à aucune des dimensions de la vie. C'est pourquoi mon amour de la Vérité m’a fait entrer en politique. Je peux affirmer, sans la moindre hésitation et cependant en toute humilité, que ce n'est rien comprendre à la religion que de n’y voir aucun rapport avec la politique.

  • Puisque la politique se préoccupe du bien des nations, il est normal qu’un esprit religieux s’y consacre.

  • La non-violence n'est pas une vertu monacale destinée à procurer la paix intérieure et à garantir le salut individuel. Mais c'est une règle de conduite nécessaire pour vivre en société, car elle assure le respect de la dignité humaine et permet de faire avancer la cause de la paix, selon les vœux les plus chers de l’humanité.

  • Un gouvernement non violent est absolument impossible aussi longtemps que subsiste l’abîme qui sépare les riches des millions d’affamés…

  • Ma tâche sera terminée si je réussis à convaincre l’humanité que chaque homme, chaque femme, quelle que soit sa force physique, est le gardien de sa dignité et de sa liberté.

  • Autrefois, les hommes étaient réduits en esclavage par la contrainte physique. Maintenant, ils le sont par la tentation que représente l’argent et tout ce qu’il permet d’acquérir.

  • Je ne prétends nullement avoir été à l’origine d’une nouvelle doctrine. J’ai simplement voulu, à ma manière, appliquer aux problèmes de notre vie quotidienne des principes de valeur éternelle.

© 2017 - ABC d'Ondine

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now