Journée mondiale du refus de la misère

17/10/2017

« La misère n’est pas une fatalité : elle peut être détruite. Oui, nous allons nous en sortir tous ensemble, sans oublier personne ; oui, j’ai besoin de toi et tu as besoin des autres », disait le Père Joseph Wresinski, prêtre français (décédé en 1988).

 Le 17 octobre 1987, il y a tout juste 30 ans, il inaugurait avec Simone Weil une dalle commémorative, scellée sur le parvis des droits de l'homme place du Trocadéro à Paris, à l’origine de la « Journée mondiale du refus de la misère », reconnue officiellement par les Nations unies en 1992 et célébrée chaque année le 17 octobre.

« À travers cette dalle, l’humanité doit pouvoir se rappeler les grands témoins de l’histoire, les humbles, les petits, les riens du tout qui, au jour le jour, essayent de vivre des valeurs qu’on ne leur a peut-être pas apprises, mais que leur vie, leur cœur et leur intelligence leur ont fait découvrir », disait-il.

Le message du Père Wresinski me touche beaucoup, car il a lui-même connu la plus grande pauvreté. Aussi savait-il que les plus pauvres n'attendent pas la charité publique, mais qu'on les écoute, qu’on les respecte. Bien plus que de nourriture ou de vêtements, c’est de dignité et de reconnaissance qu’ils ont besoin.

Je trouve émouvant qu'il ait consacré toute sa vie à aller à la rencontre des plus pauvres, des plus humiliés. C’est ainsi qu’en 1956, il rejoignit les familles sans abri accueillies à la cité d’urgence de Noisy-le-Grand. Cette cité avait été construite deux ans plus tôt par l’Abbé Pierre, suite à son célèbre appel à la radio qui avait entraîné un vaste mouvement de générosité : « l’insurrection de la bonté ». La rencontre avec ces plus de 250 familles démunies créa chez le Père Wresinski un véritable choc. « Ce jour-là, je suis entré dans le malheur », pourra-t-il écrire. Désormais, il consacrera toute son énergie à faire reconnaître ces personnes en quête de dignité, dont la pensée et l’expérience sont tellement indispensables à la société. Avec ces familles, il créa en 1957 l’association ATD Quart Monde pour venir en « Aide à Toute Détresse ».

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Aimer ce post
Please reload

Retrouvez-moi
  • Twitter
  • Hellocoton
  • Instagram
  • Facebook
  • Google+
Posts Récents

12/01/2018

Please reload

© 2017 - ABC d'Ondine

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now