Gandhi, apôtre de la non-violence

30/01/2018

Il y a tout juste 70 ans, le 30 janvier 1948, nous quittait Gandhi, alors âgé de 78 ans, victime d’un extrémiste hindou. « Ai-je en moi la non-violence des courageux ? Ma mort seule le dira. Si, à la suite d’un attentat, je meurs en priant pour mon assassin tout en gardant dans le cœur le sentiment de la présence de Dieu, alors seulement il sera possible d’en déduire que j’ai la non-violence des courageux ».

 

Cette question si émouvante et quasi prémonitoire a obtenu sa réponse, puisque c’est en prononçant comme derniers mots « Mon Dieu ! » qu’il s’éteignit, mortellement atteint par les coups de fusil de son assassin. Oui, Gandhi avait bien en lui « la non-violence des courageux » !

 

« La non-violence commence à partir de l’instant où l’on aime ceux qui nous haïssent. Je n’ignore rien des difficultés de ce grand commandement d’amour. Mais n’en est-il pas ainsi de toutes les choses grandes et bonnes ?

 

La non-violence qui n’embrasse que le corps et dans laquelle l’esprit ne collabore pas, est celle du faible et du lâche ; il ne peut en sortir aucune puissance.

 

La non-violence est la plus grande force que l’humanité ait à sa disposition. Elle est plus puissante que l’arme la plus destructrice inventée par l’homme. La destruction ne correspond nullement à la loi des hommes. Vivre libre, c'est être prêt à mourir, s’il le faut, de la main de son prochain, mais jamais à le tuer. Quelle qu’en soit la raison, tout meurtre ou atteinte à la personne est un crime contre l’humanité.

 

A mon avis la non-violence n’a rien de passif. Elle est, au contraire, la force la plus active au monde. Elle est la loi suprême. L’histoire abonde en exemples d’hommes qui, morts avec courage et en pardonnant à leurs adversaires, ont réussi à convertir le cœur des plus acharnés d’entre eux ».

 

Sa vie

En 1893, après des études d'avocat en Angleterre, Gandhi partit travailler en Afrique du Sud. Révolté par les injustices de l'apartheid, il s'engagea en politique et milita pour la défense des droits civils de la population indienne, mais par des moyens non violents et cependant actifs : manifestations silencieuses, boycotts, grèves de la faim…

 

Après son retour en Inde en 1915, il entreprit plusieurs campagnes de désobéissance civile (marche du sel pour supprimer les impôts excessifs, lutte pour l’égalité des droits des Intouchables…) qui lui valurent de nombreuses arrestations et emprisonnements. Parallèlement, sa réputation d'ascète et de héros lui méritera le surnom de "Mahatma" ou Grande âme, par le célèbre poète indien Tagore.

 

Devenu le dirigeant du Congrès national indien, Gandhi fit campagne pour les pauvres, pour la fraternité entre les différentes religions, pour la fin des castes, etc. Son combat se porta aussi sur la recherche de l'autosuffisance économique, mais surtout sur la libération du joug britannique.

 

L’indépendance fut enfin obtenue le 15 août 1947 mais au prix d’une partition de l'empire colonial en deux États indépendants : le Pakistan à majorité musulmane, et la République de l'Inde à majorité hindoue. Cette partition, à laquelle Gandhi s’était opposé de toutes ses forces, provoqua plusieurs centaines de milliers de morts et le déplacement de plus de 12 millions de personnes.

 

Devant le déferlement de violence, Gandhi engagea une nouvelle grève de la faim pour convaincre hindous et musulmans de se réconcilier. Le peuple se mit en prière et les violences s'apaisèrent quelque peu. Mais les échanges de populations se poursuivirent aux frontières dans d’abominables atrocités. Gandhi paiera de sa vie ce dernier combat pour la paix, et mourra assassiné le 30 janvier 1948.

 

Toute sa vie, même dans les situations les plus extrêmes, Gandhi sera resté partisan de la vérité, de la non-violence, et fidèle à sa méthode de résistance passive « qui consiste à protéger ses droits par l’acceptation de la souffrance. C'est le contraire de la résistance par les armes. Lorsque je refuse de faire quelque chose parce que cela répugne à ma conscience, je fais usage de la force de l’âme ».

 

Son exemple et son enseignement inspirèrent notamment Martin Luther King dans son combat pour le respect des droits des noirs américains.

 

Un excellent film, de Richard Attenborough, sorti en 1982, retrace les grandes étapes de cette vie hors du commun. Ce film reçut pas moins de huit Oscars, dont ceux du meilleur film, du meilleur scénario original, du meilleur réalisateur, du meilleur acteur !

 

Autres citations de Gandhi

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Aimer ce post
Please reload

Retrouvez-moi
  • Twitter
  • Hellocoton
  • Instagram
  • Facebook
  • Google+
Posts Récents

12/01/2018

Please reload

© 2017 - ABC d'Ondine

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now