La Chandeleur, humour de Dieu ?

02/02/2018

 

« Cette fête de la Chandeleur constitue une manifestation d’humour extraordinaire, parce que Notre-Seigneur, qui vient briser toutes les servitudes de l’Ancien Testament, commence par s’y soumettre. C'est à cette loi (Présentation au Temple du premier-né et purification de la femme qui a enfanté) qu’il s’est soumis, comme Marie… Marie qui accepte d’apparaître dans le Temple comme revêtue d’une souillure dont elle doit être purifiée ! C'est bien cela qu’on peut appeler l’humour, l’humour de Dieu !

 

Dans cette Liturgie de la Chandeleur où tous les cierges s’allument dans toutes les églises du monde, il ne s’agit pas d’un cérémonial qui ressuscite les liturgies du Temple, mais il s’agit de cet incendie intérieur que le Christ venait allumer. Il s’agit de cette lumière au fond des cœurs quand ils se laissent traverser par la Présence divine, et qu’ils laissent transparaître la vie au Christ.

 

Précisément, dans le contexte de cette fête de la Chandeleur, nous voyons Siméon, ou plutôt nous l’entendons annoncer à Marie qu’un glaive de douleur transpercera son cœur. Voilà finalement tout le procès de toutes ces lumières. Elles s’allument dans ce martyre de la Vierge au pied de la Croix, et celui qui est la source du sien : le martyre de Jésus. La vie ne pénètre finalement que par cet enfantement crucifié.

 

Le cierge que nous recevons n'est que le symbole du cierge que nous avons à devenir, ce cierge qui nourrit sa flamme de sa propre consomption. Nous avons à nourrir la lumière que nous avons à devenir par le don que nous sommes appelés à être.

Nous allons nous établir dans ce réalisme souverain en "allumant" toutes nos intentions, d’abord par tous les visages que nous voudrions pouvoir rassembler autour de cet autel, tous ceux qui nous ont quittés… Nous penserons à tous nos contemporains, à l’état du monde tel que les journaux, la radio, la télévision nous le présentent. Nous penserons à tous ceux dont nous avons la charge, nous visiterons les prisons, les hôpitaux, nous assumerons toutes les agonies, toutes les douleurs.

 

Entrons dans l’offrande proprement dite en recueillant tout l’univers, afin d’en faire une immense gerbe de lumière et d’amour que nous ferons monter vers la Trinité Sainte, par les mains de la Vierge immaculée ».

 

Extraits d’homélies du Père Maurice Zundel (Ta Parole comme une source, p.176-179).

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Aimer ce post
Please reload

Retrouvez-moi
  • Twitter
  • Hellocoton
  • Instagram
  • Facebook
  • Google+
Posts Récents

12/01/2018

Please reload

© 2017 - ABC d'Ondine

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now