N'est-il pas déjà trop tard ?

27/09/2019

Climat : j’ai bien peur qu’il soit déjà trop tard…

Une « ondine » est un génie des eaux dans la mythologie germanique. Ne vous étonnez donc pas si je m’intéresse à l’eau et aux océans. Or le dernier rapport du GIEC (Groupe Intergouvernemental d’experts sur l’Evolution du Climat) m’inquiète vraiment.

 

Tous, nous essayons de transmettre quelque chose à nos enfants : une culture, des valeurs, parfois un petit patrimoine… Et on est en train de saccager la planète : le bateau coule et on discute de détails annexes !

 

Le réchauffement climatique s’accélère à la vitesse grand V. Et ça ne va pas aller en s’arrangeant car nous avons réussi à engager un vrai cercle vicieux ! Rien qu’un exemple : la fonte de la banquise du pôle nord diminue le réfléchissement des rayons solaires qui, dès lors, réchauffent l’eau de l’Océan Arctique, ce qui accélère la fonte des glaces, et ainsi de suite… Jusqu’à ce qu’il n’y ait plus de banquise du tout. Les pétroliers seront contents : ils vont pouvoir exploiter de nouveaux gisements… pour augmenter encore un peu plus nos émissions de gaz à effet de serre !

Le problème c’est que, du fait de ce réchauffement, l’absorption du gaz carbonique par les océans a entraîné une acidification de l’eau. La vie dans la mer est touchée, les poissons deviennent plus rares (et la pêche intensive n’arrange rien), les planctons dont ils se nourrissent disparaissent. Certaines barrières de corail sont déjà complètement mortes.

Il faut réduire d’urgence nos émissions de gaz à effet de serre. Mais bientôt deux siècles sont passés depuis le début de la révolution industrielle qui a amorcé le phénomène. Combien de temps faudra-t-il pour ralentir et stopper cette évolution ? Peut-on encore empêcher le désastre ? N’est-il pas déjà trop tard ?

 

Se prépare-t-on aux conséquences pour les populations côtières exposées à la montée des eaux, y compris chez nous ? Où iront les 280 millions de personnes dans le monde qui vont devoir quitter leur île ou leurs côtes d’ici à 2100 ? Acceptera-t-on d’accueillir sur notre sol les habitants des îles du Pacifique englouties à cause de nos gaz d’échappement et des fumées de nos usines, alors qu’ils n’y sont pour rien ? J’ai comme l’impression qu’on n’en a pas fini avec la question migratoire ! Mais même chez nous, il y a déjà phénomènes climatiques de plus en plus violents : tempêtes, orages, grêle, inondations, sécheresses… 

 

Vous me connaissez, je suis d’un caractère optimiste. Oui, on peut compter sur certains gouvernements, sur les ONG : mais on peut aussi tous faire quelque chose. Les petits ruisseaux font les grandes rivières : nous avons chacun des gestes simples à faire pour sauver le navire qui nous porte. Laisserons-nous un déchet de planète à ceux qui viendront après nous en attendant qu’elle devienne une épave ? On parle parfois de crime contre l’humanité. Ne rien faire pour le climat, ce sera le plus grave de tous, et nous en serons tous responsables

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Aimer ce post
Please reload

Retrouvez-moi
  • Twitter
  • Hellocoton
  • Instagram
  • Facebook
  • Google+
Posts Récents

12/01/2018

Please reload

© 2017 - ABC d'Ondine

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now